Conseils pour vos démarches d’admission en Établissement Handicap.

Villelaure-La-Maison-du-Parc-au-Cyprès-FV-façade-externe

Conditions d’admission en Foyer de vie.

Lors de l’admission dans l’établissement, les personnes handicapées doivent être obligatoirement en possession de la notification d’orientation (CDAPH) en Foyer de Vie. Un dossier d’admission est à retirer auprès de la résidence, et à retourner dûment complété à l’établissement.
Les personnes sont admises en fonction des places disponibles.
Les candidats sont reçus par le Directeur et le Chef de service. Il sera procédé à un séjour d’observation de 3 mois afin de vérifier l’adéquation au projet d’établissement. Si ce n’est pas le cas, une réorientation sera alors envisagée.

Conditions d’admission en Foyer d’Accueil Médicalisé.

Pour intégrer l’un de nos FAM, il faut être bénéficiaire d’un accord CDAPH notifiant l’orientation en Foyer d’Accueil Médicalisé.
Un dossier de demande d’admission est à retirer auprès de l’établissement, et à retourner dûment complété.
Si l’analyse du dossier médical est favorable, la personne sera convoquée pour une visite de préadmission d’une demi-journée. En cas d’accord suite à cette visite, une période d’évaluation de six semaines permettra de statuer sur une admission durable.

les-Aulnes-Maule-FAM-Extérieur
La-Maison-du-Douglas-Mas-Mercoeur-cour-extérieure

Conditions d’admission en Maison d’Accueil Spécialisée.

Lors de l’admission dans l’établissement, les personnes handicapées doivent être obligatoirement en possession de l’accord C.D.A.P.H. notifiant l’orientation en Maison d’Accueil Spécialisée.
Un dossier de demande d’admission est à retirer auprès de l’établissement, et à retourner dûment complété. Les personnes sont admises en fonction de leur dossier médical, et des places disponibles.
Les candidats sont reçus par le Directeur et le Médecin psychiatre. Si les conditions requises sont remplies, le Directeur prononce l’admission du résident. Il sera procédé, sauf dérogation exceptionnelle, à un séjour d’observation de 4 mois afin de vérifier l’adéquation au projet d’établissement et si ce n’est pas le cas, une réorientation sera proposée.

Aides et allocations.

En Foyer d’Accueil Médicalisé ou Foyer de Vie

L’aide Personnalisée au Logement (APL)

  • Elle permet de financer en partie les frais d’hébergement en Foyer dès lors que la maison est habilitée à cette aide. Si tel n’était pas le cas, il est possible de prétendre à l’Allocation de Logement Social (ALS).
  • La demande de dossier est effectuée par l’assistante de Direction à l’entrée du résident dans l’établissement. Cette aide est accordée par la Caisse d’Allocations Familiales en fonction des ressources du demandeur.

L’Aide Sociale à l’Hébergement

  • L’aide sociale permet de financer une partie des frais d’hébergement en établissement (tarif hébergement) lorsque les ressources de l’usager ne sont pas suffisantes. Pour y prétendre, le résident doit être reconnu handicapé par la CDAPH, et la résidence doit être habilitée à l’Aide Sociale. Cette aide est attribuée par le Conseil Général du dernier domicile du résident, et est récupérable sur succession.
  • La demande de dossier est à effectuer auprès de la Mairie ou du CCAS du dernier domicile du résident.

L’Allocation aux Adultes Handicapés

  • L’AAH est une prestation versée uniquement par la CAF aux adultes handicapés pour leur garantir un minimum de ressources. Pour y prétendre, la personne doit :
    • Résider en France,
    • Avoir au minimum 20 ans
    • Un taux d’incapacité permanente d’au moins 80%
    • Être reconnu par la MDPH dans l’incapacité de pouvoir travailler du fait du handicap
    • Ne pas dépasser un plafond de ressources fixé par décret
  • Le dossier est à demander et à adresser complété à la MDPH du lieu de domicile du résident. Il sera ensuite examiné par la CAF et la CDAPH. Le délai de traitement est de 5 mois maximum.

En Maison d’Accueil Spécialisée

Le prix de journée est intégralement pris en charge par la Caisse primaire d’assurance maladie. Reste à charge du résident, le forfait journalier, qui peut être financé par sa mutuelle, son assurance, ou la CPAM s’il est bénéficiaire de la CMU.